Le cadeau venant de mes collègues - Gary Williams

Mon blogue

Le cadeau venant de mes collègues

Le cadeau venant de mes collègues - Gary Williams

Chaque année, je reçois des cadeaux de ma femme et de mes enfants à l’occasion de la fête des pères, ou de mon anniversaire. Ce qui est assez logique. J’en reçois également de mes amis, et quelques-uns de ma famille pour mon anniversaire. Et pour les parents, c’est aussi un rituel chez eux, depuis mon enfance. Cependant, je n’ai jamais eu de cadeaux provenant de mes collègues. Je n’en voyais pas la raison. Mais cette année, je ne sais pas ce qui leur est passé par leur tête, mais ils m’en ont offert un. Pas un par personne, ils se sont cotisés pour m’acheter un cadeau. Ce qui m’a totalement surpris. L’effet de surprise était tel, que je comprenais un peu pourquoi ils m’avaient offert une crème en acide hyaluronique et un stylo-plume. En effet, j’étais surpris, parce que jamais on ne m’avait fait de surprise, et surtout, accompagnée de cadeau au bureau, mais également, j’étais surpris, car à travers le cadeau, c’est comme s’ils me rappelaient que je vais partir en retraite d’ici quelques années. Bref, c’était simplement pour dire que j’avais de plus en plus de rides, et que je me faisais vieux. Je ne savais pas quoi dire sur le moment, mais je savais juste à quoi m’en tenir avec ce cadeau. Je savais aussi qu’à travers le ravissement que j’ai vu dans le visage de chacun en m’offrant le présent, j’étais apprécié par mes collègues. La seule chose que j’ai pu faire lorsqu’ils me l’ont offert, c’était de l’ouvrir, d’avoir un air heureux, et de faire un petit discours. J’aurais pu en rester là, mais comme j’ai été touché par cette attention, une heure avant la fin de la journée, je leur ai envoyé un petit courriel de remerciement, à chacun d’entre eux. Je leur ai également envoyé une petite invitation électronique que j’ai fabriquée rapidement, pour les inviter à prendre un verre pour une heure ou une heure et demie, dans un bistrot du coin. Tout le monde a répondu présent. Et avant cette petite sortie, j’ai pris la peine d’appeler ma femme pour lui raconter la surprise et mon léger retard. Arrivés ensemble dans le bistrot, on a débouché deux bouteilles de champagne et descendu quelques bières. J’ai aussi refait un petit discours, surtout axé sur la crème qu’ils m’ont offerte. J’ai ainsi soulevé que dans quelque temps, je partirai à la retraite et c’est là qu’un d’entre eux a répondu que je suis un super responsable pour eux et que je leur ai beaucoup appris. En voyant les airs de mes collègues à mon égard, c’est là que je me suis dit que quand on dirige efficacement les gens et qu’on les conduit de manière démocratique, on est apprécié et aimé, et ils nous donnent de bons résultats.