Les éternelles réunions - Gary Williams

Mon blogue

Les éternelles réunions

Les éternelles réunions - Gary Williams

Après avoir terminé mon rendez-vous pour développer un plan de référencement Google, je devais me dépêcher pour arriver à l'heure aux réunions qui se tenaient cette journée-là, pour les deux organismes de défense de l'environnement auxquels je participe. Je fais du bénévolat en tant que membre qui aide à organiser une panoplie de différentes activités de levée de fonds, ou de conférences pour stimuler l'intérêt du grand public. Cela fonctionne parfois, mais pas tout le temps. Par contre, je ne me décourage pas et je continue mon boulot pour ces deux organismes.

Par contre, aujourd'hui, ma déception devait se lire clairement sur mon visage. Je crois bien que mes traits trahissaient mon désarroi en voyant que très peu des membres se sont pointés pour les rencontres en question. Je déteste me sentir comme si j'ai voyagé pour rien, et c'était le cas aujourd'hui. Pourtant, il y avait deux réunions, et les deux étaient vides. En sortant de la deuxième rencontre, un sentiment de désespoir s'est accaparé de moi : et si les gens ne voulaient tout simplement plus aider ces causes si nécessaires pour la société ? Que ferons-nous dans un cas comme celui-là ?

Je ne voulais pas envisager cette possibilité. Mais, il faut dire que c'est quelque chose qui pourrait se produire. Les gens sont probablement tannés de devoir tout faire sans rémunération, car souvent, la quantité de travail exigé pour les postes qu'ils occupent au sein de ces organismes est trop grande pour qu'une personne qui a un emploi de quarante heures par semaine puisse tout finir dans l'espace de temps prévu. Sinon, c'est souvent leur famille ou leurs amis qui sont ignorés, ce qui est fortement déconseillé pour réussir à maintenir un équilibre psychologique sain. Seulement les personnes qui se retrouvent souvent seules, par choix ou par obligation, finissent par se sentir bien dans ce genre de situation. Elles aiment faire le travail requis, car c'est comme ça qu'elles se maintiennent occupées. C'est triste, mais c'est la réalité.

Moi, par contre, je travaille à mon compte, et je peux parfois me permettre de faire un peu moins d'ouvrage pour mon entreprise, ou encore, je peux jouer avec mon horaire plus facilement que les autres. Je ne me prive pas de mes honoraires, mais j'avoue que je jouis d'une flexibilité qui est rare dans notre société. Donc, voir le manque de présence aux rencontres m'a probablement un peu trop bouleversé. Je devrais probablement tenter de comprendre les autres avant de me fâcher.